Arts visuels

|

Myriam Louyest est une plasticienne fascinée par la transparence, un thème qu’elle explore à travers le verre, la résine, l’eau... Les formes, les couleurs, les reflets, les mouvements de la matière translucide et de la lumière qui la traverse, déclinés en volumes, assemblages et installations, sont régulièrement invités par l’artiste à dialoguer avec des lieux dont ils subliment la résonance symbolique ou formelle, comme l’ancienne piscine de Mouscron (2014), les verreries Fauquez (Caviart 2009) ou encore le Bois du Casier (2016). 

Ce dialogue est l’un des axes forts du travail de l’artiste, qui n’a pas hésité à investir de ses polyèdres de verre et de résine époxy la chapelle castrale du Parc d’Enghien (« Miroirs », 2016) ou à les associer à la célèbre « Communiante » de Lempicka (« Nage libre », Mons 2017) en une proximité mystérieusement transgressive. En 2018, c’est la Maison Losseau de Mons qui devint quelques semaines durant le lieu d’un parcours sensible entre les volutes organiques, les ferronneries et les marqueteries Art nouveau, trouées de la lumière de ses œuvres de verre, de résine et d’étonnantes projections.

Lorsqu’elle découvre les Archives de Bruxelles (2019), la plasticienne est immédiatement frappée par la magie et la poésie des lieux. Fragments taillés, filins filés, verres, voiles ou papiers, les créations qu’elle y installe sur d’anciens comptoirs, dans des casiers à tissus aujourd’hui dévolus au classement, ou le long de la monumentale cage d’escalier menant à la verrière centrale, évoquent et suggèrent Quelque chose du temps, du temps où l’on ne sera plus jamais  . À l’heure du cloud et de l’immatérialité numérique, ces interventions nous confrontent à la matérialité de l’archive comme lien, personnel ou collectif. Et nous rappellent que c’est ici que se trame la mémoire des Bruxellois. 

La force symbolique et la beauté formelle des œuvres de Myriam Louyest entrent ainsi en contact avec ce que la création contemporaine offre aujourd’hui de plus vivifiant : un art au dehors, ouvert aux espaces quotidiens autant qu’aux lieux inattendus, qui s’affranchit des enfermements conventionnels.

 

Maison Losseau Mons - Un été chez Monsieur L. - Ce ne sont que quelques gouttes -  verre - 2018 - Photo Nathanael Thiry

Archives de Bruxelles – Quelque chose du temps - Du ciel en rappel - verre - lumière - 2019 - photo : Candice Athenais